prog: 2610
squelettes/rubrique-3.html

Africa Is/In the Future

Si on sortait des récits dominants qui nous aliènent au quotidien en nous enfermant dans une dépendance aux médias mainstream, aux réseaux sociaux, au show entertainment, pour entrer dans "les imaginaires du futur" où se cultivent d’autres récits, d’autres esthétiques, d’autres possibles ? Dans cette septième édition du festival Africa Is/In the Future, on s’intéressera aux récits qui spéculent sur l’avenir sous différentes formes : avec la projection d’un film musical de science-fiction afro-futuriste, à travers une performance qui résiste à la logique de représentation racialisée mêlant vidéo, poésie et musique, et avec un moment d’échange sur l’imposition d’un récit unique dominant et sur les voies de sortie. On clôturera par une immersion dans les musiques hybrides portées par le label anglais On The Corner Records. Une édition qui marquera aussi un passage pour le festival : à partir de 2023 ce sera la Bellone qui portera le projet, entourée d’autres partenaires et avec de nouvelles dynamiques et énergies. D’ici là, ce sera un plaisir de partager avec vous ces trois jours de programmation !



Face aux grands récits dominants du néolibéralisme et son cortège de destruction et d’injustices sociales, des artistes et penseur⋅ses expérimentent des formes de narration ou de représentation nouvelles, capables de « hacker » les esprits et les imaginaires sociétaux porteurs de futurs vivables. Cette rencontre fera dialoguer le thème du festival Africa is/in the Future, « Adventures in speculative fiction », avec celui du Journal de Culture & Démocratie n°55 − Récits.
La soirée rassemblera des personnes qui expérimentent ou réfléchissent à des formes de narration hybrides, qui mobilisent ou suscitent d’autres imaginaires sur nos sociétés et ses grands récits, à travers un travail nourri par les cultures des Afriques et de leurs diasporas.
Avec la participation de : Eli Mathieu-Bustos (danseur, interprète et chorégraphe), Toma Muteba Luntumbue (historien de l’art, artiste-plasticien et commissaire d’exposition), Peggy Pierrot (travailleuse intellectuelle) et Imis Kill (rappeuse et illustratrice).
Performance live de l’artiste contemporaine pluridisciplinaire Lázara Rosell Albear.
Modération : Renaud-Selim Sanli (Librairie Météore et membre de Culture & Démocratie).
Dessin : Joanna Lorho

La rencontre sera suivie d’un drink à partir de 20h30

08.12 > 18:30
Gratis


Saul Williams & Anisia Uzeyman, 2022, RW, DCP, vo rw st ang, 105'

Neptune Frost est l’histoire d’amour musicale entre un.e hacker africain.e et un mineur de coltan en fuite. Ayant fui la mine de coltan où il était exploité, Matalusa rencontre Neptune, hacker intersexe. Ils sont réfugiés dans une zone pirate où sont entreposés et recyclés des déchets électroniques dans lesquels vit une communauté qui espère de renverser le régime autoritaire qui contrôle la région. De cette union naît une déflagration cosmique, virtuelle et surpuissante. Saul Williams est surtout connu pour ses activités de poète, slammeur et musicien. On a pu le voir sur grand écran notamment dans "Slam" de Marc Levin ou "Aujourd’hui" d’Alain Gomis. La co-réalisatrice du film, la Franco-Rwandaise Anisia Uzeyman, est une actrice et autrice polymorphe. Elle a déjà réalisé en 2016 un premier film, "Dreamstates", dans lequel Saul Williams a joué à ses côtés.

08.12 > 21:00
6€ / 4€


John Akomfrah, 1996, GB-GB, video, vo ang 45'

Dans les années 1930, Robert Johnson a vendu son âme au diable afin de pouvoir jouer du blues. En échange, il reçut une technologie qui allait produire l’histoire de la musique noire. 200 ans plus tard, un autre personnage itinérant, le voleur de données, vend son âme pour connaître son avenir. On lui a demandé d’aller dans le passé (notre présent) et de déterrer les spéculations de la culture noire sur l’avenir. Assemblez ces spéculations et vous trouverez le secret de la technologie noire qui débloquera votre avenir..... Un voyage retro futuriste 90’s à souhait, qui explore les marges de la culture noire, trace une nouvelle interface, hybride, de son époque, établissant des connexions et une esthétique particulière qui inspire l’Afrofuturisme d’aujourd’hui tout en convoquant Sun Ra, Nichelle Nichols (l’Uhura de Star Trek)‘, George Clinton à Lee Perry, A Guy Called Gerald, Goldie et Underground Resistance. John Akomfrah est né à Accra au Ghana en 1957, et vit et travaille à Londres. Ses œuvres portent essentiellement sur la mémoire, le postcolonialisme, la temporalité et l’esthétique. Il a cofondé l’influent Black Audio Film Collective en 1982.

09.12 > 20:00
6€ / 4€ (soirée / avond)


Fallon Mayanja, Jhaya Caupenne, Eli Mathieu-Bustos,

Comment la diaspora noire peut-elle créer et partager ses propres récits ? Comment imaginer le passé et se souvenir de l’avenir ? Fallon Mayanja s’intéresse à la pratique de l’écoute sous ses différents angles, qu’ils soient physiologiques, politiques ou sociaux. Ses recherches sur les textures sonores mêlant synthétiseurs analogiques, logiciels de programmation, enregistrements et archives vocales tirées d’internet, génèrent des compositions organiques qui interrogent les relations entre les êtres (qu’elles soient privées, sociales ou environnementales) et travaillent les identités par la mise en scène de corps et de voix hybrides, ou souvent considérés comme « autres ». Sa production artistique conduit à une analyse de l’audible et de l’inaudible, du visible et de l’invisible, du mutisme et de l’indicible des sujets et objets sonores.

09.12 > 21:30
6€ / 4€ (soirée / avond)


Membre d’"Underground Feelings collective", Strasbourg et résident sur Kiosk Radio.

09.12 > 22:30
Gratis


Pour un regard critique sur la notion de musique du monde et une exploration des nouvelles formes de musique hybride. La distinction entre musique et "musique du monde" maintient une séparation coloniale entre "l’Occident et le reste", tout en générant un outil marketing efficace. Nous avons le canon occidental d’un côté, et le reste de l’"autre", c’est-à-dire tout ce qui n’est pas de la musique européenne ou américaine. En fin de compte, le terme fait référence de manière irréfléchie et pseudo-affirmative à la culture de "l’autre", ce qui inclut également les idées de "primitif" ou d’exotique. Et bien qu’il s’agisse d’une diversité musicale très différenciée, tout est mis dans le même sac. Avec la définition de "musique hybride", nous faisons référence à une musique transculturelle, à un échange approfondi d’approches et d’idées, réalisé sur un pied d’égalité. La musique électronique, berceau musical et créatif du XXIe siècle, est en quelque sorte l’enfant terrible de l’hybridation culturelle. Cette nouveauté dans notre paysage musical ne rencontre aucune barrière, et se répand sur l’ensemble du globe. On peut alors s’interroger : l’hybridation culturelle est-elle synonyme d’appropriation ? Peut-on s’estimer légitime à produire un genre musical appartenant à une culture différente de la nôtre ? Comment la musique électronique utilise-t-elle le métissage culturel ? N’est-ce pas là sa valeur première ? Pour en discuter, nous aurons le plaisir d’accueillir tous les DJs qui animeront la soirée : Pete Buckenham (On the Corner Records), Alai K, Guedra Guedra, Sylvia Iweanya, et Ehua.
Modération : Priscilla Kristy Lowe (Bona Léa).

10.12 > 20:00
10€ / 8€ (soirée / avond)


Concert

Concert Alai K

Alai K,

Alai K est un DJ, producteur, musicien et auteur-compositeur originaire du Kenya et basé à Berlin, créateur du collectif de hip-hop Ukoo Flani. Il est sorti sur des labels célèbres comme Nyege Nyege Tapes, Hakuna Kulala, Byrdout music et sur On the Corner records. Il combine la musique électronique, les instruments live rythmes mijikenda, la musique chakacha et benga, et de donner aux artistes africains une place dans la culture de la musique de danse.

10.12 > 21:30
10€ / 8€ (soirée / avond)


DJ set

Party

+ Live Set : Guedra Guedra

Guedra Guedra,

Guedra Guedra est dj & producteur marocain, basé à Casablanca, mixant une sélection de musiques contemporaines venues des quatre coins du monde, du vintage psychédélique à la global bass. Figure importante de la scène marocaine, il entame des collaborations avec des artistes de plusieurs pays notamment la Turquie, le Kyrgyzstan, l’Espagne, l’Iran, les Etats-Unis, l’Egypte, l’Allemagne et le Sénégal.

+ DJ Set : Ehua

Ehua,

La productrice et DJ italo-ivoirienne Ehua fait partie de GRIOT - un collectif et un centre médiatique en ligne influent basé en Italie, qui se concentre sur les arts d’Afrique et de sa diaspora. DJ résidente à Rinse FM, elle explore chaque mois les domaines de la techno expérimentale influencés par les percussions.

+ DJ Set : Sylvia Iweanya

Ill Syll,

DJ Sylvia Iweanya affiche fièrement ses racines nigérianes dans sa sélection de morceaux allant du rap féminin à la boom bap bass, en passant par son amour infini pour la trap contemporaine, le rap sudiste des nillies, le tout servi avec une bonne dose des rythmes afro les plus frais et une pincée d’électro éclectique.

+ DJ Set : Pete Buckenham

Pete Buckenham,

DJ et journaliste musical, il a lancé son label On The Corner Records après des années de digging et d’investigation des différentes scènes. Une aventure dans les capitales africaines, découvrant à travers les sons de la rue toute une nouvelle scène contemporaine.

10.12 > 23:00
10€ / 8€ (soirée / avond)


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2612
prog: 2610
pos: aval