prog: 2615
squelettes/rubrique-3.html

Varia

Benoit Dervaux, 2000, BE, DCP, vo fr 90'

Depuis plus de 8 ans, le photographe Vincen Beeckman mène un travail avec les résidents de La Devinière. Initié par la "S" Grand Atelier, ce projet a donné lieu à une exposition au Art et marges musée (jusqu’au 15 janvier), ainsi qu’à la parution du livre "Si tu n’viens pas j’te scalpe". À cette occasion, nous vous proposons de redécouvrir le film réalisé par Benoît Dervaux à La Devinière. Plus qu’un centre de psychothérapie institutionnelle, cette ancienne ferme de Farciennes est avant tout un lieu de vie, de liberté et de confiance réciproque entre résidents et soignants. En 1976, il ouvrait ses portes à 19 enfants réputés incurables que ni le sens commun, ni la psychiatrie, ni la pédagogie ne pouvaient admettre. La Devinière les a acceptés avec comme principe fondateur de ne les rejeter sous aucun prétexte. Le film suit, au fil des saisons, les liens de solidarité qui s’y forgent et la vie qui rejailli là où tout semblait condamné.

→ Projection suivie d’une rencontre avec Benoît Dervaux, réalisateur, et Dominique Daue, directeur de La Devinière. Organisé en collaboration avec le Art et marges musée.

12.01 > 19:00  
Gratis


Courts métrages

Open Screen

Depuis le début du Cinéma Nova, l’Open Screen vous invite à venir montrer librement vos courts métrages sur grand écran. Quels que soient leur genre et format, que ce soit votre première œuvre cinématographique ou le fruit de longues années d’expérience, tous les films proposés seront projetés, à la seule condition de ne pas dépasser 15 minutes. Vingt-cinq ans que cette opportunité existe et est accessible gratuitement, pour un public souvent nombreux qu’il ne tient qu’à vous de surprendre ! Alors n’hésitez plus, et envoyez vos films accompagnés d’une fiche technique au moins une semaine à l’avance : openscreen@nova-cinema.org.

19.01 > 20:00


Film + débat

Un peuple

A French Revolution

Emmanuel Gras, 2022, FR, DCP, vo st ang, 104'

En octobre 2018, le gouvernement Macron décrète l’augmentation d’une taxe sur le prix du carburant. Cette mesure soulève une vague de protestations. Des citoyens se mobilisent dans tout le pays : c’est le début du mouvement des Gilets jaunes. À Chartres, un groupe d’hommes et de femmes se rassemble quotidiennement et s’engagent à corps perdu dans la lutte collective. Comme tout un peuple, ils découvrent qu’ils ont une voix à faire entendre. Avec ce film, Emmanuel Gras a cherché à "faire exister la vibration intérieure d’un mouvement populaire, avec ce qu’elle peut avoir d’harmonieux et de chaotique".

→ Projection suivie d’un débat autour de l’ouvrage "Sur le terrain avec les Gilets jaunes. Approche interdisciplinaire du mouvement en France et en Belgique", qui vient de paraître. Avec les éditeurs et plusieurs auteurs (Anne Dufresne, Sophie Béroud, Corinne Gobin, Barbe jaune), nous verrons comment ce mouvement inédit, spontané, apartisan sans être apolitique, rebat les cartes de l’analyse, en renouvelant les modalités de la mobilisation.

26.01 > 19:00  
6€ / 4€


Emmanuel Parraud, 2021, FR, DCP, vo rc st fr, 77'

Des ombres planent sur la belle Île de la Réunion et ses paysages somptueux, toujours un peu masqués par la brume. Parfois ces présences se densifient et prennent les armes. Les mémoires et les morts sont à vif, prêts à en découdre. Entre fiction sociale historique et thriller fantastique, nous sommes emportés au cœur des questions taboues de l’héritage de la colonisation et de l’esclavagisme dans ce territoire français où les jeunes peinent souvent à trouver leur place. Avec ce deuxième long métrage entièrement tourné à la Réunion, Emmanuel Parraud poursuit l’exploration de ces sujets brûlants dans notre société contemporaine. Il arpente l’île depuis plus de vingt ans, rencontre ses habitants et se nourrit de cette culture de l’autre, sans condescendance ni distance. Immersif, énigmatique et interpelant, ce film tourné en créole avec des acteurs amateurs nous plonge dans une réalité réunionnaise loin des stéréotypes.

→ Le 02.02, projection suivie d’une rencontre avec Emmanuel Parraud.

02.02 > 19:00   + 16.02 > 21:00
6€ / 4€


Djouhra Abouda & Alain Bonnamy, 1975, FR, DCP, vo fr & ar st fr & ang, 59'

Avec ce film rare, récemment restauré, Djouhra Abouda et Alain Bonnamy ont posé une loupe sur la condition des travailleurs émigrés dans la France des années 1970, et notamment en donnant voix aux plus oubliées : les femmes, grandes absentes des films et documents sur les luttes de l’époque. L’intention des deux cinéastes était de sortir le cinéma expérimental de son "ghetto" souvent formaliste, en alliant des problématiques politiques et sociales avec une puissance formelle et esthétique. Loin de toute contemplation ou représentation de la misère, leurs images et leur montage permettent l’émergence d’une violence esthétique et politique, à la fois dénonciatrice et libératrice. C’est un cri de colère contre l’exploitation et le racisme, soulevant sans concessions le rôle de l’état français, des médias, du capitalisme et de la colonisation, dans ce système de domination qui vient broyer celles et ceux qui le subissent. Avec la musique de Djamel Allam.

02.02 > 21:00 + 16.02 > 19:00
4€ / 3€


Fabrice Leroy, 2021, FR, DCP, vo st ang, 87'

Pour son premier film, Fabrice Leroy a voulu réaliser le double portrait d’un artiste animé par la volonté de réintroduire du sacré dans l’art, Claudius de Cap Blanc, et de son lieu de création : L’Affabuloscope. Dans cette ancienne usine en Ariège, Claudius construisait d’étonnantes machines telles que le retardateur d’échéance, la balance à peser le pour et le contre, ou encore la machine à tourner les sangs… Mais c’est dans la montagne qu’il écrivait un singulier livre à ciel ouvert, gravant dans les roches le signe de la vulve, vieux d’un million d’années, pour revendiquer la cause féminine et célébrer la fécondité de la Terre. Cela déplaisait à certains, qui n’y voyaient que perversion sexuelle et dégradation du bien d’autrui, et qui accablèrent l’artiste de menaces et tracasseries diverses. C’est là que l’intention initiale de ce très beau film a été dépassée par les événements. D’abord, Claudius a dû vendre L’Affabuloscope, devenu un musée en 2018. Puis, il a fini par se donner la mort au milieu de ses totems, en novembre dernier, épuisé par le harcèlement de ses contradicteurs. Cette séance est une occasion de lui rendre hommage.

➞ Projection suivie d’une rencontre avec Fabrice Leroy.

09.02 > 20:00  
Gratis


La Microboutiek propose de manière régulière une sélection de sa collection de micro-éditions (livres, CD, Vinyles, fanzines, DVD, etc) en vente dans le bar. Stand de diffusion alternatif d’une scène indépendante bruxelloise mais pas que, la Microboutiek est alimentée par son propre public et s’enrichit au grès des évènements de cinéma et autres que le Nova invite.

https://microboutiek.nova-cinema.org/

22.01 > 18:00 + 29.01 > 18:30 + 11.02 > 18:30 + 25.02 > 17:30


Après des études de cinéma à Paris, Jean-Baptiste Alazard part s’installer dans les Pyrénées, en quête de changements et de rencontres. Naît alors "La tierce des paumés", trois films atypiques et rocambolesques dans lesquels il nous propose de rencontrer des paumés qui peuple le monde, dans l’ombre. La recherche de la beauté et du bonheur lie ces trois films rendant hommage aux étranges qui bousculent les banalités, telles que “des bâtisseurs, des dissidents, des impératrices ou encore des prêtresses et des prophètes”, dixit le réalisateur. Le triptyque se voit ici amputé de son deuxième volet "Alléluia !" qui fut projeté en 2016 au Nova et dans lequel on pouvait côtoyer le cinéaste Diourka Medveczky, penseur hors norme perché dans sa cabane. 



Jean Baptiste Alazard, 2013, FR, DCP, vo fr st ang, 68'

En plein été, Martin et Julien se lancent sur les routes de France dans une petite Peugeot bleu azur. Ils arpentent les paysages d’une autre planète où le nomadisme fait la norme. Le pilote et le copilote traversent les villages, les campagnes et les champs de pavot, qu’ils récoltent et fument. Ce road trip ébouriffant est un voyage dans une France sauvage, questionnant la fuite du temps présent, notre dépendance au foyer et notre relation à la nature. Ce premier volet de la "Tierce des paumés" résonne comme une invitation à avoir confiance en l’existence et en l’errance, comme les terreaux d’une vie meilleure.

→ Projection suivie d’une rencontre avec Jean Baptiste Alazard.

23.02 > 19:00  
6€ / 4€


Jean Baptiste Alazard, 2020, FR, DCP, vo fr st ang, 59'

Titou et Soledad habitent dans une caravane perchée non loin des falaises de la Corbière, sans eau courante ni électricité. Tous deux cultivent du raisin pour en faire du vin biodynamique, en rupture totale avec le monde de progrès et de consommation qui les entoure. Jean-Baptiste Alazard a filmé sur un an, s’imprégnant du rythme des saisons et des récoltes, adoptant un mode de narration automatique, telle la caméra stylo de Mekas. Par le biais de son regard, nous sommes les témoins privilégiés de cette vie d’amour et d’eau fraîche aux odeurs de résistance. Sans chercher à expliquer ces choix de vie, le filmeur est plutôt en quête d’un mode d’existence ou le temps qui passe et le silence ne sont pas des ennemis. 

→ Projection suivie d’une rencontre avec Jean Baptiste Alazard.

23.02 > 21:30  
4€ / 3€


Concert-performance

Simiskina + Xavier Quérel

Issu de la scène improvisée norvégienne, Simiskina est un duo composé de Adrian Myhr et Jonas Cambien. Alors que son seul album est entièrement acoustique avec piano préparé et contrebasse, Simiskina travaille désormais principalement avec des synthétiseurs analogiques et la basse électrique. Sa rencontre avec Xavier Quérel est une rencontre entre la musique électronique improvisée et le cinéma expérimental. Réalisateur et artiste visuel, membre de la Cellule d’Intervention Métamkine que le public du Nova connaît bien, Xavier Quérel improvise avec la même spontanéité qu’un musicien (mais au moyen d’un projecteur 16mm et de quelques techniques appropriées), un film projeté en direct sur petit écran, 100% analogique, sans ordinateurs ni projecteurs numériques. Pour la dernière soirée de ce programme hivernal du Nova, leur concert/performance sera une expérience sensorielle à vivre dans l’éphémère de l’instant donné !

26.02 > 20:00
6€


Plat végétarien à prix raisonnable certains soirs au foyer.

13.01 > 18:30 + 15.01 > 18:30 + 22.01 > 18:30 + 29.01 > 18:30 + 02.02 > 18:30 + 05.02 > 18:30 + 11.02 > 18:30 + 23.02 > 18:30 + 25.02 > 18:30


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2618
prog: 2615
pos: aval