> Edito

Les écrans européens ne sont pas à l’heure actuelle submergés de films roumains, c’est le moins que l’on puisse dire. Les écrans roumains eux-mêmes n’en sont pas envahis. Et pourtant, il existe encore des cinéastes roumains, qui ne vivent bien sûr pas tous en Roumanie, mais c’est aussi ça l’histoire de ce pays aujourd’hui. D’ailleurs le cinéma roumain - qu’il soit fait par ceux qui sont restés ou ceux qui sont partis - ne parle pratiquement que de ça. Docus ou fictions, courts ou longs métrages, le sujet reste le même : qu’est-ce qu’on serait mieux ailleurs, c’était mieux avant, vivement demain que ça s’arrange... Comme le cinéma n’est pas exactement la vie et qu’il exprime autre chose que des réalités sociales ou politiques, qu’il ne s’encombre généralement pas du discours des sciences sociales, qu’il est avant tout une intervention technique, il permet d’avoir un panel de films assez large même s’ils traitent de sujets très proches. Pour les uns, la référence à l’Occident est formelle (et si on faisait un film à la Tarantino ou à la Schwarzwaldklinik ?), pour d’autres elle est dans le discours voire, pour la plupart, partie intégrante du scénario. On imagine aisément que la Roumanie n’est pas un grand producteur de films et très peu de réalisateurs trouvent des fonds pour leurs projets. Qu’à cela ne tienne, le court métrage (la plupart du temps en 35 mm, aussi et surtout à l’école du film de Bucarest) est une solution ; nous avons donc décidé de consacrer au "court" un volet important. Bien que cinéaste reconnu, Nae Caranfil n’a pas souvent vu ses films projetés en Belgique, pas plus que ceux du documentariste Thomas Ciulei, du coup les spectateurs non plus...


De Europese filmzalen worden niet bepaald overspoeld door Roemeense films, en de Roemeense schermen zelf eigenlijk ook niet... Nochtans : Roemeense cineasten bestaan ! Ze leven en werken weliswaar niet allen in Roemenië, wat tekenend is voor de situatie van dit land vandaag. Trouwens, Roemeense cinema ­ of die nu gemaakt wordt door zij die blijven of zij die weggaan ­ praat over haast niets anders dan « dat ». Documentaires, fi ctiefi lms, korte of lange films, het onderwerp blijft gelijk : we zouden elders beter af zijn, vroeger was het sowieso beter en lang leve de dag van morgen wanneer (wie weet) alles goed komt.... Maar daar cinema niet 100% het leven is, film niet gelijk aan sociale of politieke wetenschappen, en maatschappelijke realiteit cinematografi sche verbeelding niet uitsluit, resulteert het « gras is groener aan de overkant »-uitgangspunt in een brede waaier aan onderling zeer verscheiden films. Voor de ene is de referentie aan het Westen puur formeel (en als we nu eens een film à la Tarantino of Schwarzwaldklinik maakten ?), voor de anderen is het een discours of maakt het zelfs integraal deel uit van het scenario. Je kan je makkelijk voorstellen dat Roemenië geen grote filmproducent is en dat slechts zeer weinig regisseurs voldoende fondsen vinden. Geldgebrek maakt dat kortfilms een oplossing zijn, en die zijn dan ook ruim vertegenwoordigd in dit Roemeens programma, meestal in 35mm, en vaak uit de filmschool in Boekarest. Daarnaast staan er heel wat onbekende en zelden vertoonde films op het menu. Zelfs erkende regisseurs zoals Nae Caranfi l en documentairemakers als Thomas Ciulei zagen hun werk amper vertoond in België, laat staan het grote publiek...


https://www.nova-cinema.org/spip.php?page=print&id_rubrique=714&lang=fr